Chers Istomiens,

Depuis mars 2018, une épidémie de rougeole sévit au Tchad. Alors qu’il faut habituellement peu de temps pour maitriser une épidémie de ce type, celle-ci est devenue hors de controle. Entre janvier et mars 2019, plus de 9000 personnes ont été touchées par la rougeole et 68 décès ont été rapportés par le ministère de la Santé contre 5336 personnes entre mai et décembre 2018.

Pour éviter la propagation d’une maladie infantile, il est nécessaire qu’au moins 95% des enfants soient immunisés. Or, au Tchad, selon les dernières données partagées par les autorités sanitaires, seul un enfant sur trois de moins de cinq ans est vacciné contre la rougeole soit seulement 33%. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’épidémie a pris une telle ampleur.

JE fais partie de l’équipe d’urgence qui est intervenue sur place dès la déclaration du nouveau pic de l’épidémie en janvier 2019 pour mener une campagne de vaccination massive et immuniser un maximum d’enfants. Depuis notre arrivée, nous avons vacciné 107000 enfants dans la ville d’Am Tinam. A la suite de cette campagne, nous avons rendu visite aux communautés locales afin de leur expliquer comment mieux protéger leurs enfants de la rougeole. Nous avons vu un certain nombre de pères nomades marcher plusieurs kilomètres pour faire vacciner leurs enfants après avoir entendu parler de la campagne. L’un d’entre eux nous a ensuite amenés dans sa communauté pour que nous puissions vacciner tous les enfants présents.

Nous soignons également les jeunes patients atteints de la rougeole dans les hôpitaux de N’Djamena et d’Am Tinam ainsi que dans trois autres centres de santé, dispensant des soins gratuits. Certains jours, l’hôpital a reçu plus de 60 enfants en même temps. Nous étions submergés par cet afflux de patients dont nombre d’entre eux arrivaient à un stade avancé de la maladie. C’est le cas de Zara, deux ans, qui ne pesait que neuf kilos et avait une très forte fièvre à son arrivée. Elle avait une éruption cutanée, une toux, une diarrhée et vomissait. N’ayant pas été soignée à temps, elle souffrait de complications dues à la rougeole qui la mettait en danger de mort. Nous l’avons immediatement pris en charge. Aujourd’hui, elle est stable et sa fièvre a baissé, elle attend d’être complètement rétablie pour pouvoir rentrer chez elle.

Malgré nos efforts pour stopper l’épidémie et le nombre d’enfants auquel nous avons déjà apporté des soins, la réponse n’est pas encore suffisante. Nous devons poursuivre notre action et continuer à travailler en étroite collaboration avec le ministère de la Santé.  Avec l’arrivée imminente de la période de soudure, période habituellement difficile entre le moment où les réserves alimentaires de la précédente récolte s’épuisent et avant la récolte à venir, nous craignions une augmentation du nombre d’enfants souffrant de malnutrition. Sans campagne de vaccination de masse nationale pour tous les enfants de moins de cinq ans au Tchad, la santé de centaines de milliers d’enfants, comme Zara, sera mise en péril. La combinaison entre malnutrition et rougeole est en effet particulièrement dangereuse: la rougeole peut aggraver la malnutrition et la malnutrition, affaiblissant le système immunitaire, peut de son côté aggraver la rougeole et augmenter le risque de décès.

Grâce à votre soutien, nous avons déjà pu vacciner et prendre en charge des milliers d’enfants comme la petite Zara. Pour continuer à les préserver et les soigner et poursuivre nos activités auprès de tous ceux qui sont victimes des épidémies, mais également des conflits ou des catastrophes naturelles dans le monde entier, nous avons besoin de vous.

Votre soutien est essentiel. Merci. 

Herman Mbairakoula, Infirmier MSF au Tchad

MEDECINS SANS FRONTIERES – PRIX NOBEL DE LA PAIX 1999

Association reconnue d’utilité publique (décret du 10/06/1985) habilitée à recevoir des legs

Tél: +33140212727

http://www.msf.fr

 

Posted in Actualités.

Laisser un commentaire